« Aussi longtemps que la société sera basée sur l'autorité, les anarchistes resteront en état perpétuel d'insurrection. » : Elisée Reclus

Le communisme libertaire

La tendance anarchiste communiste ou "communiste libertaire" associe deux termes dont l'un, anarchisme, définit le mouvement libertaire qui veut la liberté politique pour les individus, mandatement impératif, fédéralisme, rejet de l'État, lutte contre toutes les formes d'oppression et l'autre, communisme, qui de l'adage « à chacun selon ses besoins, de chacun selon ses capacités » veut la liberté économique en partant des besoins des individu-e-s. Les besoins sont recensés par communes, par quartiers, par entreprises. À partir de ce recensement, la production doit ensuite être organisée et cela sans limitation autre que les capacités et les besoins des intéressé-e-s. L'idéal de l'anarcho-communisme est une société composée de fédérations libres de collectifs libres et égalitaires. En d'autres mots, un réseau à grande échelle de petits collectifs locaux où l'adhésion est libre et sans restrictions. 

L’anarcho-communisme, encore appelé communisme libertaire, dont Bakounine et Kropotkine sont les principaux représentants, cherche à établir une société socialiste égalitaire. Les anarcho-communistes, à l’inverse des individualistes, « se préoccupent avant tout des formes de production et des exigences de la vie collective ». Mais contrairement aux communistes autoritaires, en tant que libertaires, ils sont hostiles à toute forme d’État et d’autorité, et ils s’opposent donc dans les moyens et dans la forme à « l’autoritarisme » marxiste. 

Le communisme dont il est question ne fait en aucune façon référence au Communisme Soviétique ou aux pratiques des partis communistes. Le communisme libertaire est basé sur l'abolition de la propriété et sur la mise en commun des moyens de production et des produits obtenus. Le but est de créer une société égalitaire, mutualiste et fraternelle par la libre association et fédération au niveau local, régional, national et international. L'Etat serait remplacé par l'association des fédérations. Appelé également socialisme libertaire, le communisme libertaire milite pour une révolution universelle, sociale, économique et culturelle. 

Il n'y a donc pas de centralisme économique ou politique tel que le conçoivent les collectivistes marxistes, car l'anarcho-communisme prône une libre organisation des individu-e-s (associationnisme, fédéralisme,etc.). Cela implique la possibilité de révocation des mandataires membres d'une structure anarcho-communiste.